Compagnie Kopfkino -  [ˈkɔp͡fˌkiːno]

'Kopfkino‘ est un terme allemand qui peut se traduire par la Madeleine de Proust en langue française. Un phénomène de réminiscence de souvenir et de mémoire. Quelqu‘un, quelque chose, une situation vécue déclenché(e) par un geste, un objet ou une odeur.

 

Au sein de la Compagnie Kopfkino, Benjamin Coyle, chorégraphe à l‘origine du projet, dessine un travail chorégraphique singulier, en s‘entourant d‘interprètes qu‘il considère avant tout comme des présences fortes. Collaborant avec des danseurs, musiciens et plasticiens, son écriture est marquée par un intérêt pour une remise en question constante du plateau. Une écriture qui n‘a peur ni de jouer avec notre perception du temps, ni de dés-enfouir des souvenirs qui tendent à l‘universalité. 

Au cœur des projets de la Compagnie Kopfkino: des questionnements intemporels tels que la mémoire, l‘intime, le dé-/enracinement humain, l’interaction et la perception du corps à soi, à l’autre, à son environnement. 

Pour Benjamin Coyle, le plateau est un outil de réflexion qui questionne notre rapport au monde. Il tente de créer des espaces doux et sensibles qui puissent traiter des sujets refoulés ou auxquels nous accordons peu d‘importance dans notre quotidien. 

 

Actuellement la Compagnie Kopfkino est en phase de création de LA SÉANCE pour la saison 20/21, qui interroge les forces qui émanent de la mémoire des défunts qui nous entourent.

 

Plus d'info sur cette création ici.